AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soirée Noire. Ft Winnnie Winter the Pooh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar')">


fantôme
MEMO : Qu'est ce ? :omg:
MESSAGES : 102

Moi j'ai fais tout buguer, je le referai proprement plus tard si vous voulez bien !

MessageSujet: Soirée Noire. Ft Winnnie Winter the Pooh   Jeu 25 Mai - 19:50


Soirée Noire
Winnie et Sirop


L’ennuie, le regard dans le néant, le cœur errant, aucune occupation à part entière, Sirocco vagabondait à son habitude dans l'hôtel de jour comme de nuit. Il suffirait de trouver quelque chose à faire, mais seules les idées néfastes de sa mélancolie et du regret de rester dans l'ignorance font surface et divaguent dans son champs de vision. Elle avait beau virer, divaguer, tourner, s’envoler de lieu en lieu, elle avait déjà tellement vu de choses ici. De plus, il était difficile à cette heure de trouver de la compagnie, ni même une occupation. Le sommeil, lui ne venait pas, pas même un quart de seconde elle espérait le trouver autour des cendres qu’avaient laissés certains ingrats. Encore une colère qu'elle se serait permis lui coupant toute envie de rester dans la salle de réception, au milieu de ces autres maladroits. Le soleil, lui ne viendrait plus. Il était bien trop tard, et beaucoup de personnes ont préféré s’enterrer dans leurs lits, dans leur tombe pour attendre un autre jour de perdre un peu de leur identité.

Alors, elle avait prit la décision ce soir de ne pas rester trop près de son attache, et de s’élever jusqu’au étoiles, jusqu’au ciel couvert de son drap sombre et illuminés de ces têtes blondes. L’étendue sombre enveloppait le ciel de quelques couvertures nuageuses. La lune, elle, si belle et délicate se moquait éperdument de tout avec son sourire moqueur et taquin quelque peu caché sous un mouchoir humide. Le ciel était beau, dans toute son étendue. Sirocco sentait ce sentiment d’infériorité, et cette chaleur humide que dégageait l’air ambiant, mais elle se sentait toujours aussi seule. De plus, il semblait qu’après bien tout ce temps, un bon nombre de vivants sommeillaient encore dans leurs chambres. Personne n’était assez couche tard, si ce n’est parfois quelques fantômes qui se ruent un peu partout, à n’importe quelle heure, comme si rien ne dépendait de leur sommeil, pas même le regard veillant de la nuit.

Sous sa forme froide et charnelle, elle vint s’accouder contre la rambarde et lâcha un soupir, son souffle se répandit dans la masse d’air légèrement fraîche et humide pour former une sorte de particule épaisse et blanche. De la buée. Elle observa l’air s’envoler et disparaître comme la vie dont elle ne se souvenait pas, en quart de seconde, plus rien. C’était peut-être pareil avec les êtres vivant, leur vie n’était peut-être qu’un bout minime de ce qu’il allait vivre par la suite, puis il serait toujours là, mais juste invisibles, parmi tant d’autres, au milieu d’une infinité. Différent en quelque chose, comme l’air, comme le vent, car il n’est pas là, mais quand il passe, on sent sa présence chaude ou froide selon l’endroit où nous nous sommes installés, selon ce qu’il veut bien laisser véhiculer. Cela serait bien étrange en quelque sorte… Ou peut-être que la vie, c’est être comme une étoile. Le regard plus haut, elle commençait à fixer la nappe et ses lumières à peine visibles. La vie d’une étoile, c’est brillé, jusqu’à exploser et laisser derrière soi quelque chose qui nous dépasse totalement, un trou noir, à moins que l’oubli laisse entendre que l’on ne deviendrait qu’une naine noire. La lumière s’échappant à jamais, et n’être qu’un corps présent mais croupissant dans l’oubli.

Néanmoins, après ces deux comparaisons qu’elle trouvait finalement futiles, Sirocco n’était pas assez satisfaite. La bleue chercha à résumer son simple sort, mais impossible. Ce n’était pas celui qu’elle aurait pensé obtenir à son décès, du moins c’est ce qu’elle pensait, sans aucun souvenir de ce qu’elle était avant. Cette seconde “vie” était si imprévisible, pour toutes les têtes qui vivaient là. Elle se résumait à errer dans le silence, caché aux vues des autres qui n’ont plus d’autres vies que d’oublier leur passé. C’était étrange, rien n’était assez comparable. Au fond, la tête bleue trouvait que les âmes encore chaudes étaient toutes aussi destinées à cette vie lassante, morne et monotone. C’était comme la mort, en quelque sorte, ici. Pourtant, cette mort, était une renaissance sous une autre forme. Contradictions et manifestations d’un agacement profond face à toutes ces paroles et questionnements sans réponses, la jeune fille serra légèrement la barre métallique qui lui faisait front, comme légèrement agacée.

“Et si cette mort n’était rien d’autre que l’aurore d’une nouvelle vie, pourquoi semblerait-elle si acerbe, si définitive et irréversible ? Pourquoi tout semble si vide dans cette seconde vie ?”

Dit-elle à haute voix, sans se soucier de la présence d’une personne aux alentours. D’un murmure léger, de sa voix fine et légèrement aiguë, elle avait prononcer ces mots, comme si elle attendait une réponse, mais seul un sourire vint illuminer son visage pâlot se noyant dans la pénombre.
© ASHLING - EPICODE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
MESSAGES : 87



MessageSujet: Re: Soirée Noire. Ft Winnnie Winter the Pooh   Dim 11 Juin - 16:24



Soirée Noire
Les ombres se ressemblent, mais à cette heure-ci les couloirs se vident, grand bien m'en fasse. La notion du temps n'était pour moi qu'un misérable paramètre sur lequel me baser pour mes méditations ou pour ne croiser personne. Moins de risques de se faire aborder, de se faire regarder de travers et surtout nul besoin de cacher sa véritable forme hormis les lieux au rez-de chaussé de l’hôtel.
Se retrouver seul sans nul bruit me faisait du bien, mon esprit arrivait à remettre quelques pièces en place et tout petit peu d'ordre dans le silence absolut. Mais pour combien de temps? Montant les marches toujours plus haut de ce lieu, je m'éloignais de mon endroit d'attache, je sortais en quelque sorte de ma zone de confort si on peut nommer cela ainsi. Mais changer d'air ne faisait pas de mal, surtout lorsqu'on dispose d'une zone si petite. A travers les années j'ai su découvrir chaque coin de ce lieu, apprivoiser presque chaque étage, et adapter ma nouvelle existence ou plutôt ma nouvelle condition.
Et puis d'ailleurs pourquoi j'évitais tout le monde? Pourquoi je sortais qu'aux heures tardives? Je cherchais un but à cette nouvelle vie dans la mort? Allez savoir, j’essayais peut-être de trouver un moyen de me sentir vivant, j'attendais qu'il se passe quelque chose d'intéressant, quelque chose qui me remettrait sur pattes. Ou tout ceci n'était qu'une illusion.

Chaque marche devenait de plus en plus difficile à gravir, et de nouvelles questions se formaient dans mon esprit, le pourquoi du comment, et voilà que le chaos y régnait une nouvelle fois. Soupirant un coup, je continuais à avancer en regardant devant moi, je me rassurais tant bien que mal en me disant qu'un but allait apparaître et que j'aurais sans doute des réponses un jour.
Mes pas me finissait par me mener sur le toit, cet endroit étrange depuis lequel je pouvais observer le ciel infini afin de me poser de nouvelles questions. La logique de mon esprit m'étonnera toujours, heureusement que je suis déjà mort pour ne pas pouvoir l'exploser plus. Au moins ce lieu était vide et je pouvais laisser mes pensés m'envahir en écoutant simplement le vent et en profitant de la nuit seul sans être dérangé.
Cependant mes plans allaient être quelque peu bouleversés ce soir, d’autant que je n'étais pas seul. Non loin de moins se tenait une personne, une silhouette féminine? Une humaine? Ou un fantôme? Aucune idée, mais savoir qu'une personne m'avait devancé ne me plaisait guère. Voilà que la colère me submergeait soudainement. Je m'en rapprochais à pas furtifs en prenant une forme humaine, en me solidifiant simplement dira t-on. Cependant quelque chose allait remettre tout en question, la phrase qu'elle venait de prononcer. Chose qui laisse à penser qu'il s'agit donc d'un fantôme. Mais tout comme moi elle voyait cette vie acerbe et vide? Non, je n'aime pas que d'autres s'approprient mes pensés. Un test allait s'imposer.

Tu trouve cette vie donc acerbe?

Elle serrait la barre devant elle assez solidement, ce qui laissait présager qu'elle était dans un état non fantomatique, mais qui ne tente rien n'a rien,
on va pimenter un peu sa vie. D'un coup sec je la poussais donc par dessus la rembarde avant de la rattraper directement et la remonter.

Réflexe.

C'était un petit test un peu diabolique, mais efficace pour la suite, du moins je l’espérais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Soirée Noire. Ft Winnnie Winter the Pooh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Republic Johnny Winter "Bluesman"
» samedi 17 05 08 soirée kaleidoscope au sound à Dillingen
» Des nouvelles soirées au 412?
» EMISSION > Soirée spéciale Dorothée
» [Événement] Le Noël du forum 2010 - soirées entre membre pour Noël !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
aphasie :: L'Hôtel :: le toit :: la grande terrasse-