AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 don't get attached + ft. lièvre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: don't get attached + ft. lièvre.   Ven 28 Avr - 23:21

tu devrais être inquiète ((sûrement l'es-tu)) tout au fond de ton être ((tu devrais courir)) mais ta cadence est des plus naturelles et pourtant il y a un picotement au bout de tes doigts car oui vraiment
((tu n'aimes pas ça))
les silhouettes qui se muent sur le sol sans te voir ou seulement chercher à te sentir les bruits assourdissants du ménage et des machines eux qui touchent à tout sans le moindre respect pour la propriété d'autrui il n'y a dans ton regard que du dédain et une certaine haine
((tu n'aimes pas ça))
mais ce que tu aimes encore moins ce sont les mains qui vagabondent souvent trop près de là où tu penses que ton attache est rangée. et tu n'aimes pas ça. un pincement à ton myocarde sans battement quand la personne repart sans que tu n'aies pu voir ce qu'il y a dans le chariot et
((tu n'aimes pas ça))
car tu ne veux pas partir, cette chambre est tranquille à cause du nombre de superstitieux existant sur cette terre. et quand il n'y a personne il n'y a que toi et tu aimes être confrontée à tes pensées sans queue ni tête. alors non vraiment
((tu n'aimes pas ça))
tu finis par descendre de ton perchoir, descendant les étages en direction des sous-sols ((avec un peu de chance)) il n'y aura personne ((avec beaucoup de chance)) tu te déplaceras pour rien et ça ne te prendra que deux minutes. si tu avais réfléchi cinq secondes arabesque avant de passer la porte tu te serais dit que si tu avais un minimum de chance
((tu ne serais pas déjà morte))





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 29 Avr - 0:22

I never had any alibi
No recollection of that crazy night
I threw my heart into a wishing well
Hoping I'd stop myself →
Toujours dans cette pénombre qui se veut endormie ; dans les bruits qui réveillent sa conscience. Sans doute est-ce ainsi qu'il est né. Il a oublié. Il ne court pas vraiment après les pans de sa mémoire, pas encore. Il est simplement là, Lièvre, entre deux lessives tentant de retrouver ce qui a été lavé et puis finalement devient las. Ce soir-là on lui a apporté de quoi dormir, de quoi regarder l'eau tourner encore et encore. On a fait les lits des étages supérieurs. L'hôtel est habité. L'hôtel est habité par des êtres encore faits de chair. Pour combien de temps ? Mais le lièvre à la déroute n'a pas vraiment le temps de se poser plus de questions. Encore, encore on malmène son unique attache, son ancrage dans cette si vague réalité. Il se demande ce qu'il adviendra de lui le jour ou la panne pointera le bout de son nom. Si elle ne l'oublie pas en route. Tourne sa machine.

Tourne dans les couloirs un corps étranger. S'envole dans les couloirs des pas glissant sur son palier. Aucune lumière encore, juste ses yeux illuminant les couloirs. Et Lièvre encore perdu devant les remous de son unique âme sœur s'attache à si peu, à une visite promise par des sons arrivant à lui. Il espère seulement ne pas voir encore un de ceux qui n'aiment à les voir. Lui regarde sa vie d'un œil si distant, eux semble n'aimer ce semblant de vivant se glissant dans du faux.

On court à sa porte. Encore, on court à sa porte. Elle apparaît. Elle virevolte vers une mort attendant. Mais elle n'a rien à prendre lui. Elle a déjà glissé elle aussi.

« Qui se précipite pour venir faire une lessive ? »

Phrase qui aurait mérité ton d'ironie, sourire à la dérive et qui se contente d'une froideur habituelle. Il n'y a qu'une simple vérité, une observation soudaine qu'on aurait voulu transformer en quelque d'autre et pourtant qui se contente de sa propre brutalité. Lièvre faisant face à l'improviste, à la douce main qu'il ne prendrait pour rien au monde mais qu'il espère encore tendue.

« On a perdu quelque chose ? »

Qui viendrait se perdre dans la buanderie sans n'avoir rien perdu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 29 Avr - 12:00

ça ne t'effleure même pas l'esprit que l'être que tu pourrais croiser serait tout aussi irréel que toi - non, vraiment pas. alors quand ((un deux trois)) ta silhouette s'élance en toute grâce et que face à toi se retrouve le blanc des neiges éternelles et le rouge des pyropes, il y a cet éclat de surprise dans tes pupilles inertes. et égal à la teinte de ses fils d'argent, le froid de sa voix ne fait qu'accentuer son statut de glacier. ton visage reste inexpressif, se laissant toutefois aller à un léger glissement sur le côté quand tu le jauges ouvertement et sans retenue. comme si tu le sondais, de haut en bas et bas en haut, la moindre petite trace de peau de vie ou de mort liée à son existence jusqu'à ce que ta voix, tout aussi glaciale que la sienne ne s'élève ((et pourtant)) si différente si majestueuse et tranchante peut-être. je ne sais pas. tout du moins pas encore. tu détournes ton regard du sien, jaugeant la pièce en menant tes doigts couverts par le tissus à tes lèvres, tes longs cils s'abattant en un rideau sur tes orbes l'espace de quelques secondes. le chariot est ici, au fond de la pièce. tu t'en approches, examine à vue d'oeil le contenant et contenu - rien. tout est déjà dans la machine qui fait un vacarme assourdissant quoi que son rythme ne te soit familier. tu te retournes à nouveau vers ton semblable, méfiante. tu ne veux pas lui demander de l'aide - à quoi bon, tu n'as besoin de l'aide de personne. mais juste une petite question, ça ne peut faire de mal ((quand bien même te mentira-t-il sûrement)) alors tu pinces tes lèvres d'abord et les rouvres après excusez-moi ; auriez-vous vu ce qui a été mis dans la machine à laver tout à l'heure ? que tu saches si désormais il te faudra vivre ici ou non. ce qui, admettons le, ne serait pas pour te plaire.





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 29 Avr - 13:45

still hear you breaking over mountaintops
some kind of mystery that no one solves except us
now when my teeth fall out i'm never only dreaming
in on the joke i guess →
Il se demande ce qu'un fantôme peut bien perdre. Lui ne possède pas grand chose qui pourrait s'égarer dans les couloirs d'un tel hôtel, cependant il sait ce qui advient de certains fantômes lorsque disparait leur unique appartenance. Alors, Lièvre se demande encore si elle compte disparaître au bout d'une lessive. Et sans doute aurait-il sourit à l'idée, mais il n'en fit rien.

« Ils font le ménage. » répondit-il simplement.

Rien qui ne puisse aider. Il réfléchit cependant, Lièvre. Il fait l'inventaire de ce qui est passé devant ses yeux, encore, encore comme la seule attraction d'une vie monotone, enfermé derrière la roue infinie de l'eau nettoyant la poussière accumulée ici et là.

« Un drap ne disparaît pas d'une manière ou d'une autre. »

Il se doute encore de ce qu'elle peut chercher. Même si elle virevolte ici et là rien ne l'empêchera de danser. Les fantômes ne disparaissent pas au bout d'une machine, même la mort n'a réussi à les faire s'en aller. Ils restent comme une tâche fixée sur une taie d'oreiller. Alors, il la fixe. Il admire les coutures de ce qu'on lui apporté aujourd'hui, se demande comme il pourrait lui parler pour qu'elle ne s'enfuît pas. Elle est pourtant encore trop à la dérive pour lui accorder un regard, mais il l'ignore. Lièvre n'est pas fait pour vivre en société, comprendre les douleurs fugaces dans un regard suppliant.

Il se contente encore de résoudre des questions d'une autre façon. Il s'approche de sa belle machine encore en service et l'éteint sans y penser. On viendra se demander ce qui a pu causer tel soucis, mais on oubliera.

« Faites donc votre affaire. »


Il la regarde du haut de son attache, tête posée au creux d'une main ne pouvant toucher plus sous cette forme là. Il se demande comment le retenir un instant, mais ne sait quoi dire d'une telle enfant. Il voudrait seulement la regarde s'envoler encore une fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 29 Avr - 18:39

il y a quelque chose de familier sur son faciès - peut-être les congères et l'opale mais surtout quoi que tu fasses dès que tu t'égares sur sa défunte personne quelques secondes il y a ses yeux plus purs encore que le rubicond - fascinée par eux arabesque à n'en point douter. mais tu t'efforces de fuir car tu n'admires rien ni personne et comme pour tous les autres sûrement n'y a t'il rien de bon chez lui non plus. tu écoutes sa voix limpide et presque pure comparée à la tienne si lourde de sens ((le son de la machine)) qui s'éteint trop abruptement quand tu comptais encore inconsciemment les pas à jouer dessus ; arabesque tu lances un regard au hublot de l'appareil ménagé où plus rien ne tourne tandis que le spectre se tient dessus, prêt à t'observer et il y a cette désagréable impression au fond de ta poitrine ; celle que l'on se joue un tantinet de toi. ça se lit dans ton regard un instant - cette méfiance palpable, l'envie de sortir d'ici. insaisissable arabesque prête à s'élancer hors de sa portée. pas un remerciement ne sort de tes lèvres lorsque tu t'abaisses devant lui, détestant cette simple posture prise devant un autre ((jamais tu ne t'abaisses)) devant autrui. tu ouvres la machine, faisant attention à l'eau qui s'en échappe. tes mains viennent sans la moindre gêne aucune fouiller au milieu des draps et housses et autres tissus en tous genre ((ta manche se mouille)) mais tu en fais fi sans le moindre dégoût avant de finalement pousser un léger soupir de soulagement. il n'y a rien d'autres que ça. pas tes chaussons. tu prends la peine de remettre attentivement tout tissu que tu aurais pu sortir pendant ta recherche avant de refermer en douceur le tout, te relevant en essorant le bord de ta manche. il y a cette étrange douceur au bout de tes doigts ((la fatigue aussi d'avoir touché tant de choses même pour un si court laps de temps)) qui contraste avec la dureté de ton visage tu serais sûrement si jolie si tu souriais arabesque. tes pensées vaquent à droite et à gauche du moindre détergent à une toile d'araignée non loin qui capte ton attention pendant quelques instants pour mieux finir sur le fantôme ; froide, inexpressive, rude sûrement et pourtant pourtant pourtant quelques mots si jolis si vrais qui s'échappent de tes lèvres qui ne se taisent jamais vous avez de beaux yeux. ça ne dure que quelques instants - pas de rougeurs, pas un battement de cils, mais bien vite tu sembles ailleurs déjà le court de tes pensées prend le large alors que ta silhouette lui fait dos. au revoir. attends non arabesque ne t'éloigne pas si vite ; il y a tant de choses à voir encore dans cette fichue buanderie.






© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 29 Avr - 23:39

I always knew that this would never end
I got all your side effects →
Une sorte de déception se mêlant à la lessive. Il espère la voir passer au bout de ses cils, mais il ne se passe rien de plus. Elle se contente de lui souffler bien plus, une invitation sans porte ouverte. Une sorte de jeu lancé pour l'attirer. Le lièvre se veut déjà pris au piège, sa patte mordue par un semblant de remord, un autre sentiment le prier de la retenir dans la pénombre. Il la devine sauvage pourtant et n'ose dire plus. Il n'ose en dire plus et déjà s'installe aux commissures de ses lèvres une simple réplique pour la rattraper :

« C'est parce qu'ils n'ont pas disparu. »

C'est une simple pensée, un déchet de son esprit torturé. Il ne sait plus quoi exprimer, Lièvre se perd encore. Lièvre ne sait trouver son chemin et exprime ce qu'ils disent folie, mais qui n'est qu'un chaste mirage, une réflexion prise dans une cognition à la déroute. Oui, il tente de faire naitre un semblant d'idée, une phrase qui se voudrait assez vivante pour retenir la mort qui se dresse entre eux deux, qui les rapprochent aussi doucement que leur temps passe à présent.

« C'est la seule chose qui n'oublie pas. »

Il soupire comme si tentait lui-même de comprendre. Mais tout cela ne la retiendra pas comme il a été retenu par ses mots. Il attendra sans doute encore la prochaine visite, puis la prochaine et une autre. Il passera encore un peu de son temps à voir les bulles se disperser comme l'ont fait ses souvenirs. Où peuvent-ils bien être ? Sans doute parti avec ce qui a été perdu.

« Même si je risque cependant de vous oublier si vous partez maintenant. »

C'est sans doute le cas. Peut être qu'il n'a jamais regardé autant que nécessaire, contemplé autant que nécessaire. Alors, Lièvre la regarde encore en se demandant s'il sera au moins capable de se rappeler des pirouettes venu s'inquiéter d'on ne sait quoi. Il n'aura sans doute pas le temps de lui demander, juste le temps de se le demander.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Dim 30 Avr - 14:59

tu ne t'attendais pas à plus d'effervescence littéraire entre vous - tu as dit au revoir, normalement la conversation s'arrête là. normalement, les gens sont même contents qu'elle s'arrête. normalement, les gens ne cherchent pas à te retenir ni même à engager quelques mots à ton égard après tes réflexions trop spontanées et imprévisibles - trop déstabilisante et détestable pour que l'on s'agrippe à ton corps de fumée. mais tu as bien compris que toi comme lui vous n'êtes pas vraiment dans la norme ((alors)) quand sa voix à nouveau tranche les airs printaniers tu te retournes à moitié vers lui, sans que ton attention ne soit pour autant revenue sur l'hiver. il a les mots incertains ((un peu comme toi)) les mots maladroits plus branlants que la plupart des gens ; au fond, c'est simple tu comprends il le même problème que toi oui
il a la mort au bout des lèvres.
sauf que toi qui dénies toute attention toute main qui tente de t'enchaîner à la réalité ou tout autre plan de l'existence ((lui)) s'extraie et s'agite, prêt à toucher la moindre main prompte à lui donner de l'attention
et tu aimerais te tromper en pensant ça.
car pendant quelques secondes oui tu as pensé ((peut-être)) avoir trouvé quelqu'un qui comprenait l'éclat du bifröst mais la supériorité des neiges immortelles. ses mots flottent aux quatre coins de ton encéphale endormie, un air stoïque sur tes traits impériaux.
certains pourraient mal interpréter ses dernières paroles, d'autres y verraient l'occasion de se rapprocher du fantôme, de ses jolis yeux dont tu as fait mention - toi non. toi tu n'y trouves qu'une incompréhension monumentale. tu ne sais lire entre les lignes ((s'il y en avait)) tu doutes que ça soit le cas ((tu es même sûre)) de leur inexistence - plutôt même te demandes-tu oui tout au fond de toi serait-ce vraiment si dommage que cela, de m'oublier moi ? ton regard est aussi sincère que tes mots ((oh arabesque)) on pourrait penser qu'avec ta froideur et tes mots abruptes il y a en toi un égo monstre qui règne en maître ((mais non)) toi non plus tu n'es pas bonne toi non plus tu n'es guère pure alors tu ne t'aimes pas plus que ça contrairement à l'opinion publique. quel intérêt de se souvenir de quelqu'un dont l'on ne connaît rien et qui ne nous apporte rien ? le ton froid, brusque, sec - arabesque ;
dans toute son éternelle splendeur.





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Dim 30 Avr - 21:05

Like when my skeleton is crying out for relief
Like when my bloodstream's flowing backwards
Running up your sleeves →
L'intérêt, il a oublié. Et déjà il sait ce qu'il y a sur le bout de ses lèvres, de son cœur. Jusqu'à combien de temps cependant ? Il contemple la vérité d'une autre et ne sait la faire sienne. Il laisse doucement la timidité battre le son de sa voix. Elle disparaît derrière le vrombissement de sa belle machine.

« Pourquoi ne m'apportez-vous rien ? »

Pourquoi devrait-il justifier ses propres pensées ? Pourquoi devrait-il aimer une présence soudaine et devoir épeler les raisons de son être ? Il n'en a pas la moindre idée, Lièvre. Il se retrouve alors piégé dans son propre domaine sans savoir ce qui le puisse à y rester, sans savoir ce qui n'accepte pas une sortie des plus bénignes. Il ne comprend pas, Lièvre, et n'a sans doute jamais cherché à comprendre. Alors,il faut deux pas, se rapproche un peu de la sortie sans voir les lumières l'annonçant. Il ne sait le jour ou l'heure de leur rencontre et cela ne lui apporte pas grand chose.

« Après tout, c'est à moi de décider cela. »

Et il a déjà sa réponse, encore au creux de sa bouche, se glissant sous sa langue. Alors, Lièvre se redresse, Lièvre fait face à la demoiselle en fuite. Il ne pourra sans doute jamais la retenir, mais il ne désire qu'un peu de son attention perdue pour quelques oublis.

« Qu'avez-vous perdu ? »

Il s'empreigne de ses inquiétudes, se demande si cela pourra occuper un peu son âme. Il l'aidera. Il l'aidera et surement n'aimera-t-elle pas cela. Cependant, sa décision est prise et sa franchise ne saurait se briser dans son élan, tout autant que son corps valsant vers celle dont il s'est emprise le temps d'une lessive, le temps de voir disparaître quelques salissures oubliées sur le bord d'une couture. Il s'étire et plonge deux rubis au plus profond d'un regard croisé et aussi fuyant que sa propriétaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Mar 2 Mai - 18:24

et encore une fois le voilà qui dépasse tes préjugés bouscule tes habitudes et remet sur table tes discutables perspectives de vie. tes yeux se plissent à tes mots - curieuse mais exaspérée, fascinée mais en rage de partir ; ça se bouscule en toi ((tempête)) quand tu n'es que glace. et pourquoi, d'abord, est-il si désespéré de te garder dans cette pièce à ses côtés ((méfiance)) mais tu ne laisses que retomber ça sur le compte de la solitude et du désespoir, comme beaucoup d'autres fantômes
sauf que toi
tu n'as aucune envie de fraterniser
non vraiment, ça ne te branche pas ((alors pourquoi te tournes-tu vers lui)) croisant tes bras sous ta poitrine en le toisant à nouveau du regard. et il s'approche, se met devant toi et oh tu voudrais courir t'éloigner loin loin loin du terrible regard qui attise encore et toujours ta curiosité ((c'est vile)) insoutenable tu le jures de ne pouvoir en fuir. il a du culot, tu l'admets ((tu dirais même du toupet)) et ça te fait à peine cligner des yeux quand il décide soudainement de te venir en aide
ou plutôt devrais-tu dire de t'entourlouper
bien sûr que non il ne va pas t'aider
et pourquoi devrais-tu lui dire quelle est ton attache ?
pour qu'il te pourrisse la vie ?
te fasse vivre hors de ta chambre ?
sans façon, merci.
il s'étire et soudain penses-tu à un serpent - ou bien est-ce un corbeau tu ne sais guère - il a cet air funeste ((plus que toi encore)) qui écrase ton coeur le temps d'un battement mais tout le monde s'en fiche
puisque tu es déjà morte
tu tapes ton doigt sur ton bras, cachée par ta manche alors que ta voix s'envole encore une fois vous ne faites aucun sens car oui vraiment pourquoi ne pas vouloir t'oublier quand toi même tu ne sais pas qui tu es ; tu réfléchis à sa question quelques instants et tu finis par lâcher, sans l'intention d'être drôle ((tant mieux puisque ça serait bizarre venant de toi)) quelques mots plutôt qu'une vraie réponse qui n'est pourtant pas fausse la vie elle l'a perdue elle aussi tu sais au croisement un carrefour ou une maladie ou juste la haine l'envie de tuer quelqu'un jusqu'à en crever soi-même elle ne sait pas elle n'y pense plus trop et juste elle se noie
embourbée dans la douleur de ses chevilles flottante dont elle ne se souvient même pas sans rire ni lumière sans amour ni soleil pas d'été ou de printemps juste l'hiver mordant






sauve la, toi, si le coeur t'en dit
plus personne ne veut essayer
et elle est la
p r e m i è r e
à avoir
a b a n d o n n é
















hrp ; dsl du temps de réponse bby ;;;;;;





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Mer 3 Mai - 22:01

like when your image stains my mind
until my conscience bleeds
and still it's all i want →
« La vie se lave-t-elle ? »

La seule question qui vient bruler ses lèvres. Pourquoi la chercher au fond d'une buanderie à l'éclairage ballant ? Il ne comprend pas, Lièvre. Il reste perdu devant une réponse qui n'apporte que plus de questions. Et il ne saurait toutes les poser de peur de perdre une demoiselle sur le départ. Pourtant, sans doute cela la retiendra-t-elle quelques instants, quelques secondes un être sur le qui vive. Bien trop pour qu'elle ne puisse l'intéresser, lui apporter ne serait-ce qu'une simple curiosité qu'il ne peut effacer.

« Mais si vous y êtes attaché… Je suppose que vous finirez bien par la retrouver non ? »

S'il savait. Ici ne peut retrouver qu'un doux rêve bercé de mélancolie. Lièvre ne s'en plaindre guère. Lièvre sans doute n'attend-il que cela. Mais personne encore ne lui a raconter de telles histoires, personne encore n'a osé le charmer avec des mots formant un conte à endormir les fantômes cherchant de quoi se reposer. Il n'a rien à chercher. Alors, autant chercher pour elle.

« Où l'avez vous perdu la dernière fois ? »

Lui-même ne sait pas. Il n'a simplement pas compris, Lièvre. Ou bien ne veut-il pas comprendre, on ne pourrait savoir. Et il ne révèle ses attentions, toujours caché, perdu dans ses propres pensées ou encore dans ces vagues brumes qui entourent sa vie. Il tourne encore et le linge sera bientôt prêt à être repassé. L'est-il ? Il n'a voulu savoir.

« Venez, je suis sûr qu'elle ne doit pas avoir bougé. »

Et il s'enfuit. Et il passe à ses côtés sans la frôler, son spectre ne pouvant toutefois la toucher. Ils trouveront bien. Ils trouveront bien leurs attaches qui ne les ont jamais quittés.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 6 Mai - 0:17

la vie se lave-t-elle ? mais qu'est-ce que tu en sais, toi ? tu l'espères ((le supposes)) tant tu as vu de déchets dans cet hôtel ces dernières années. à errer, ici, en ectoplasme insupportable que tu es. mais il n'y a pas de certitude, qu'un tiraillement dans la poitrine. de leur vivant commences-tu doucement les hommes - pas tous, mais une grande partie d'entre eux, s'adressent au seigneur dans l'espoir que leur âme soit lavée de tous péchés. et tu trouves ça si frivole, si obsolète. personne ne t'aide à réparer tes erreurs et certainement pas une quelconque entité invisible et souvent anonyme.
et tu la retrouveras, qu'il te dit
mais au fond
l'as-tu réellement perdue ?
en ton sein tu ne sais si tu parles et penses à ton attache ou non. tes yeux se font penseurs un instant à la suite de ses questions, la flamme morte dans tes yeux pourtant encore brûlants ((la chaleur ne s'en va pas de suite)) un peu comme un corps faut-il croire je ne sais pas était-ce dans ta chambre ? peut-être que personne ne l'a emmenée loin de toi, en fait. peut-être est-ce toujours dans la chambre sous le lit dans un placard ((au dessus)) derrière des vêtements sales sur le coin d'un tableau ; peut-être était-ce au bout d'une lame ou d'une corde un passage piéton une autoroute une balle ((à bout portant)) l'épuisement la mer pourquoi pas l'espace ?
il te tire de ta rêverie par ses promesses silencieuses et passe à côté de toi qui ouvres un peu plus les yeux quelques instants à la vue du mouvement de la neige et du sang de sa silhouette plus fluide que tu ne l'aurais pensée attendez c'est un murmure sec, assez audible pour votre proximité ((comme si)) tu allais lui livrer tous tes secrets
((tous ceux que tu n'as pas))
tu es plus proche de lui, assez pour graver son regard dans ta mémoire mais pas suffisamment non plus pour qu'il y ait un éventuel contact ((toi qui détestes ça)) ça t'horripile te retourne boyaux et tripes au fond des enfers ((car clairement n'êtes-vous pas au paradis)) et tu reprends pourquoi tenez-vous tant à... non ne sors pas ce mot car ça n'est pas vrai, personne n'est bon et tu le sais ... à essayer de retrouver ce que j'ai perdu ? voilà, là, c'est mieux, c'est plus vrai - ta vérité à toi du moins ; ton regard est sincère, une incompréhension réelle pourquoi venir avec moi ? je n'ai rien à donner. pourquoi êtes-vous si... tu laisses quelques secondes pour trouver le mot juste, que tu craches presque avec horreur malgré ton visage impassible si désespéré ?
parce que oui
c'est sûrement ça





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 6 Mai - 22:43

I never had any alibi
No recollection of that crazy night
I threw my heart into a wishing well
Hoping I'd stop myself →
A-t-il besoin d'une raison ? Sans doute l'est-il, désespéré. Il n'a jamais vraiment su. Lièvre se contente de ne pas sa voir, encore, encore. Lièvre se contente d'oublier les mots à la place des personnes disparues au bout de son cœur. Et c'est surement ça : il y reste bien trop de place pour qu'elle n'y soit déjà entrée. Sans doute se tient-elle sur le seuil de sa porte sans même s'en rendre compte. Elle s'est simplement perdue, il s'est simplement perdu. Il a toujours été ainsi – du moins se souvient-il avoir été ainsi, sans savoir même si la vérité est telle. Sans savoir si sa vérité est juste.

« Je ne sais pas. »

Une pause, une explication qu'il ne trouverait pour rien au monde.

« Est-ce important ? »

Il glisse doucement. Il ne sait vraiment comme se tirer de là. Pourtant, il est convaincu qu'il doit rester avec elle, pour quelques instants, pour qu'elle puisse le regarder. C'est ainsi. C'est égoïste, enfantin et il le réalise déjà trop tard. Lièvre fronce les sourcils, doucement, tombe encore dans ce masque inavoué, dans la glace gelant leurs doigts, chacun de leurs mots s'entremêlant.

« Après tout, une fois la chose retrouvée, vous n'aurez plus besoin de moi. Et vous serez libre de partir. »

Ne l'était-elle pas ? Il est contrarié déjà. Il sait qu'elle fuira dès qu'elle le pourra. Elle sait qu'elle le laissera puisqu'elle ne verrait l'utilité de rester pour lui. Et Lièvre ne désire pourtant qu'une connaissance. Que quelqu'un attisant doucement son attention sans qu'il ne puisse l'expliquer. Il a sans doute toujours voulu combler la solitude d'une pièce l'enfermant sur lui-même. Il ne lui avouerait certainement pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Dim 7 Mai - 13:55

lui non plus ne sait pas - vous êtes tous ignorants, ici-bas. peut-être qu'il a perdu ses raisons, qu'il les a égarées entre deux programmes séchage et quelques draps ; tu ne saurais dire ((vous ne savez rien)) mais ça au moins, c'est une chose dont tu es sûre. est-ce vraiment si mal de ne pas savoir ?
toi, ça te convient
l'ignorance ne te blesse pas
et tu as beau être terriblement
o b s t i n é e
tu ne veux pas pour autant t'acharner
si ce n'est que pour au final être
b l e s s é e
aucune peur non juste une reconnaissance du danger oui tu n'es masochiste dans l'âme même si c'est ce que ton honnêteté déboussolante peut laisser penser ((à tord))
il y a blanc - comme si ça allait vous aider à trouver quand ça ne fait que renforcer la sensation d'ignorance ((ou la volonté)) encore un dilemme auquel tu n'as pas de réponse ou l'envie d'en avoir une. est-ce important ? important qu'il dit mais encore une fois ça tord un soupçon d'indécision en toi oui que tu finis par répondre, le ton décidé. il glisse, s'effrite entre tes doigts en préférant la fuite, quelques mots qui pourraient être blessants quand tu les trouves doux ((et tu t'approches, encore)) t'arrêtant à ses pieds, levant la tête pour combler ce que tu devines être une dizaine de centimètres séparant une égalité entre vos silhouettes, le regard neutre mais certain tout comme je serais libre de rester, si vous vous en montrez digne. mais juger quelqu'un sans même le connaître, ce n'est pas forcément pour jouer en votre faveur un soupçon de dédain, peut-être, dans ton visage de glace plus solide que le sien - soupir, lasse quelque part mais la curiosité piquant tes lèvres pour mieux que tu relèves ton regard encore une fois, bras croisés votre nom, c'est ? et toute personne te connaissant un tantinet en tomberait de haut, toi qui ne portes d'intérêt à personne ni rien te voilà éprouvant de la curiosité ou juste une forme de politesse ((un peu rude toujours))
mais en soi, venant de toi
c'est déjà beaucoup





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Dim 7 Mai - 21:24

still hear you breaking over mountaintops
some kind of mystery that no one solves except us
now when my teeth fall out i'm never only dreaming
in on the joke i guess →
Il n'y accorde vraiment d'importance, il oublie les reproches. Ou encore est-il passé à côté. Il a déjà trop vécu pour s'en préoccuper, pour admettre leurs présences. Alors, doucement il revient sur la question posée comme un ultimatum :

« Je ne m'en souviens pas. »

Il en sourirait presque. Mais il a oublié les bonnes manières, les étiquettes tracées sur son échine et gravées sur le bout de ses doigts. Ces impressions-là se sont déjà enfuîtes sans un bruit le laissant dans l'obscurité de sa belle buanderie. Il réfléchit à toute vitesse, il tourne encore et encore. Il ne laisse le temps à sa demoiselle de frôler ses hésitations. Elles n'en sont pas, elles se déguisent, elles mentent bien mieux qu'il ne pourrait le faire. Elles sont le seul péché de sa personne décédée.

« Je me surnomme Lièvre. Qu'avez-vous décidé pour votre personne ? »

Puisque sans doute a-t-il sentit son surnom comme une obligation. Il n'a jamais su ce qui l'avait poussé à être ainsi, à être Lièvre effrayé par la lumière tâtant son visage endormi. Il ne s'agit là que d'un signe, un mot perdu dans sa signification qu'il tente encore de comprendre. Et Lièvre ne saurait donner sens à ce qui s'est un jour présenté à lui. Il a perdu espoir ou n'en a jamais eu. Il sera Lièvre, toujours. Il sera Lièvre, de peur que le souvenir d'un nom lui parvienne avec bien plus ; avec des remords ou des peurs refoulées. Est-ce que tout cela a de l'importance ?

Il se presse encore à la recherche du trou béant dans son cœur, dans les méandres de ses pensées. Il se presse pourtant à la recherche de ce qui n'a jamais été possédé par sa personne, par ce qui attache son étrangère ici et qui le laisse libre de s'en aller.

« Dépêchons nous. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Sam 13 Mai - 13:54

tu t'attendais à des reproches, à une réponse abrupte et pleine d'épines ((celles qu'on prend tant de plaisir à enfoncer dans ta peau)) les presser contre ton derme pour en faire saigner la triste vérité
mais non, rien
l'ignorance la plus totale
ce n'est pas plus mal, que tu penses ((un peu de changement)) une bouffée d'air frais au sous-sol ; pas que les réponses cinglantes ne blessent ton coeur de glace ou que tu vas en profiter pour t'acharner sur lui ((ça serait parfaitement injuste et moralement déplacé)) alors tu te contentes de noter ça dans un coin de ton encéphale pour mieux écouter sa réponse
lièvre
ça serait presque mignon - si tu savais comment faire, tu aurais sûrement sourit ((peut-être même esquisser un léger rire)) c'est tellement en contraste avec son apparence et pourtant ((pourtant oui)) ça lui sied paradoxalement si bien, penses-tu. tu bats des cils quelques secondes quand il demande le tient, pas habituée à ce que l'on s'intéresse à toi - ou à ton nom. tu laisses un silence, peu encline à dévoiler ton pseudonyme que tu n'affectionnes que très peu ((l'impression qu'une ombre te suit)) collée à tes jolis souliers partout même la nuit arabesque que tu finis pourtant par lâcher en regardant ailleurs. quelle appellation insupportable, vraiment. il insiste pour partir et tu lâches un soupir lourd de sens, passant le pas de la porte en lui glissant au passage presque dans un murmure vous me semblez bien pressé pour quelqu'un qui veut me retenir - vous tenez tant que ça à voir si je choisis par moi-même de rester ou partir ? tu lui lances un regard, visiblement piqué de curiosité déplacée quel drôle de personnage vous êtes tu n'utilises pas son nom, n'ayant pas la volonté ou l'intention de lui faire découvrir une nouvelle façon de l'entendre, une nouvelle sonorité que toi seule pourrait lui accorder ((ou lui donner une impression d'acceptation, de reconnaissance ou d'intérêt)) quand il n'y a rien de tout cela en toi. tu lui fais dos, partant sans te retourner, l'air si humaine ainsi, si normale
quel beau mensonge.





© yam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar')">


fantôme
DOUBLE COMPTE : Irza.
MEMO : Dans le noir, deux phares éclairés d’une soif de sang.. Dans le noir, dans le vrombissement des machines encore éveillées…
MESSAGES : 144



MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   Dim 14 Mai - 14:13

I always knew that this would never end
I got all your side effects →
Elle s’en va, s’enfuit à la lisière de ta vision et joue avec cette fine attache perdue entre vos échanges si bref. Alors il la suit, regarde chacun de ses pas les éloignant de son attache comme s’il en possédait à présent une nouvelle, une neuve capable de l’éloigner de l’obscurité à laquelle il avait fini par s’habituer. Et l’homme alors conclut une interrogation en suspend, se mouvant à la cadence de leurs corps :

« Je vous retiens toujours même ainsi. »

Et il espère que cela puisse s’enfuir dans leurs foulées, entre les murs de l’hôtel pour ne jamais revenir. Il en aurait presque honte mais c’est ainsi : il a peur de cette solitude le narguant à chaque fois qu’elle entrouvre ses lèvres parce qu’il ne possède rien pour capter ce qui en sort, il ne possède rien pour lui permettre de ne pas s’épuiser à la tâche. Lièvre baisse la tête, Lièvre regarde encore et encore ce dos qu’il voudrait familier. Pourtant comment faire ? Il se demande inlassablement ce qu’elle attend, ce qu’elle désirerait trouver ou si elle veut toutefois ne serait-ce qu’une infime douceur au creux de son existence. Sa timidité est déjà évanouie et Lièvre consent à l’appeler Arabesque, à voir en elle quelques rondes et pirouettes s’éprenant de ses pas. Et il la suit, oui, il la suit pour retrouver un hôtel familier, des étages jamais fréquentés et pourtant habités. Le silence reste et souffle sur eux à chaque passage. Où devraient-ils aller ?

Ils changent de lieux, changent d’attente et changent de registre comme si soudainement quelque chose auraient pu leur revenir. Comme si soudainement les deux personnes qu’ils étaient se seraient accrochées l’une à l’autre pour quelques brèves secondes. Ils sont à la recherche de ce qui attache une demoiselle qui ne saurait définir ses chaines, il est à la recherche de ce qui l’emprisonne auprès d’une inconnue ignorant ses conditions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: don't get attached + ft. lièvre.   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't get attached + ft. lièvre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petits suicides entre amis. Arto Paasolina.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
aphasie :: L'Hôtel :: sous-sol :: buanderie-